default_mobilelogo

 

 

Pour le type de photo que j'aime faire, le pire défaut d'un modèle (homme ou femme) est de ne pas en avoir ou de ne pas vouloir les montrer!
Pinups tellement lisses qu'on n'a pas besoin de Photoshop ou mannequins à la peau de bébé ne m'intéressent pas.


Tatouages, scarifications, cicatrices, vergetures, piercings, implants, rides: tout ce qui inscrit l'histoire sur la peau sert de point de départ à ma photographie.
Le récit non plus n’est pas l’essentiel : qu’importe finalement que le ou les seins aient été amputés préventivement ou après l’apparition du cancer ? Que telle cicatrice soit le résultat d’automutilation ou l’œuvre d’un artiste ? Qui sait combien ou comment l’autre a souffert ?

Au bout du compte, il reste un corps réel, avec lequel la personne n’a d’autre choix que de vivre. Elle n’en a et n’en aura jamais d’autre.
Ma photo est un regard intime et bienveillant sur ces corps. Comme une main qui se poserait dessus pour en apprivoiser l’existence.
 

Il était donc assez naturel pour moi d'avoir envie de collaborer sur ce projet Amazone. L'occasion surtout de commencer avec elle, et quelques autres, un nouveau projet: Kintsugi

On raconte qu’au Japon, il y a longtemps, les porcelaines chinoises étaient si précieuses que, brisées, on prenait la peine d’en recoller les morceaux . On raconte aussi qu’à la fin du XVème siècle, le shogun Ashikaga Yoshimasa trouva grossière une réparation faite avec des agrafes métalliques.
Les artisans japonais inventèrent alors le Kintsugi, où la jointure, au lieu de se faire discrète, est rehaussée d’or.
Il se dit même que certains collectionneurs auraient par la suite volontairement brisé certaines pièces, tant la réparation contribuait à l’esthétique de l’objet.
Le Kintsugi est révélateur d’une philosophie de la vie où l’imperfection et l’accident ont leur place. Où la cicatrice est précieuse !

   

Des éléments de ce travail ont été exposés:

Avril 2015: Wavre, l'Ermitage : "Naked Portrait"

Septembre - Octobre 2015 : Louvain-la-Neuve lors du 7ème parcours du trèfle  : "Kintsugi"

Octobre 2015 : Bruxelles, Tour et Taxi à la soirée Pink Night : Project room : "A fleur de peau"

Octobre 2015 : Bruxelles avec "Amazone à croquer divinement", 2e exposition : "Kintsugi"

Février 2016 : Ixelles, Chapelle de Boondael dans l’expo collective:  "Corps à Corps"

Sept-Octobre 2016 : Parcours d'Artistes Limal-Pronsart

 

chlemaire2016limalprofonsart

            

Site web: www.charleslemaire.eu

Contact: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.